Alice Gabrielle, Atelier Ecriture

Si j’étais une chatte

Si j’étais une chatte
Alice Gabrielle

Je m’appelle Clochette. La jeune femme qui vit chez moi m’a nommée ainsi parce que, pour elle, je suis sa fée. Sa fée clochette, vous connaissez ?

Savez-vous que nous, les chats, de même que toute espèce d’animale, abritons, cachés dans nos poils, des familles entières de fées, elfes et autres farfadets. à ne pas confondre avec les puces qui s’invitent parfois dans nos pelages ! Non, les fées et les elfes sont loin de nous nuire. Au contraire, ils nous protègent et nous aiment d’un si grand amour que, sur Terre, les humains ne peuvent le concevoir. Ce que les fées apprécient beaucoup, c’est de nous voir, nous les chats, être caressés par une main humaine. Ah ! Les caresses ! Que ne donnerais-je pas pour en avoir ? J’avoue être capable de harceler elle qui me sert, ici, dans cette maison en miaulant et en tournant autour d’elle jusqu’à ce qu’elle craque. J’adore venir l’embêter quand elle se prépare dans la salle de bain, chaque matin et chaque soir. Curieusement, elle est plus avare de câlins le matin, comme si je lui volais son temps.

Dans la salle de bains, j’aime monter sur le rebord de la baignoire et miauler pour qu’elle me donne à boire. Les gouttes d’eau tomant du robinet, une à une, me fascinent tant que je peux rester à contempler ce spectacle sans me lasser. Mais soudain, voilà qu’elle ferme le robinet quand elle s’aperçoit que je ne bois pas. Aucune sensibilité ! J’aime aussi me lover dans le creux du lavabo et m’abandonner avec volupté aux caresses. Une sorte de balnéothérapie mais sans eau, cette fois-ci !

Si vous essayez de m’attraper, même avec douceur, vous n’y parviendrez pas. Mais posez-vous tranquillement où vous voudrez, sur le canapé par exemple, je viendrai aussitôt m’installer sur vos genoux. Caressez-moi et je ronronnerai de plaisir !

Mon activité principale consiste à dormir. Cela m’occupe de jour comme de nuit. Vous me trouverez souvent près du radiateur en hiver ou bien sur la pierre chauffée par le soleil en été. J’ai mes petites cachettes aussi car j’apprécie la tranquillité. Tout ce qui contient du linge m’intéresse : panière, armoire, tiroir de commode… Le papier m’attire aussi. J’aime me coucher sur des livres, des dossiers, des prospectus… et me mettre en boule au fond de la corbeille à papier. Je change de refuge selon les périodes. La solitude a du bon mais dormir tout contre celle qui vit chez moi à l’heure de la sieste ou pendant la nuit me comble de bonheur. Cela me rappelle le temps béni où, avec ma fratrie, nous étions tous blottis les uns contre les autres. Quel beau concert de ronrons !

« Qui dort dîne ! », N’est-ce pas ? Je veille à ce que ma gamelle soit toujours remplie de mes croquettes préférées. Je peux attendre assis près de mon écuelle vide jusqu’à ce qu’enfin l’on comprenne le message.

Je ne vous ai pas raconté le temps passé à me laver pour faire disparaitre toute odeur étrangère. Je n’ai plus le temps non plus de vous relater mes exploits quand je cours partout à vive allure et que je saute sur mes proies. Voici de nouveau l’heure de ma sieste ! à une autre fois !

Précédent Suivant

Articles en relation